Au service des professionnels de la Santé

textes

Les pharmaciens et l’objection de conscience

Date de mise en ligne : 25 juin 2010

Par la loi, ils sont obligés de collaborer à la culture de mort. Ils, ce sont les pharmaciens, derniers remparts avant la prise de médicaments mortifères, acculés aujourd’hui à mettre en balance leur conscience et leur avenir. En leur refusant l’objection de conscience les cours judiciaires les mettent en situation de schizophrénie : ils devraient laisser au domaine du privé leurs convictions profondes et, dans leur service public, accepter de cautionner la culture de mort. Le magistère a toujours dénoncé cette violation de la conscience et encourage les pharmaciens à la résistance. Analyse d’un non-sens légal.

Publié avec l’aimable autorisation de la direction de L’homme nouveau.

Cliquez sur le document pdf ci-dessous.

PDF - 911.4 ko
Haut de page

Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Plan du site